08 janvier 2018

Transmettre !

La transmission est au cœur de notre humanité : donner, recevoir, redonner. Nous sommes tissés de ces échanges, dont certains transforment durablement notre vie. Qu’avons-nous reçu en héritage ? Que souhaitons-nous transmettre et comment ? Pas de transmission sans cette ouverture à l’autre.

Je viens de finir ce livre collectif  d'auteurs bien connus comme Christophe André, Céline Alvarez, Ilios Kotsou, Frédéric Lopez..... J'ai pris beaucoup beaucoup de plaisir à le lire ! alors je partage avec vous !

Pour en savoir plus  Cliquez  ICI

Posté par clise à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


29 décembre 2017

Mon anniversaire ! Mais pourquoi fête-t-on les anniversaires ?

Les anniversaires sont la marque du temps qui passe
Le temps passé n’est plus, le présent doucement s’efface
L’avenir est à construire, le destin se réinvente un chemin
Il faut profiter pleinement de l’instant présent.

 

Une bougie de plus sur mon gâteau,
Un printemps de plus dans ma vie,
Un peu de soleil dans l'âme,
Un jour qui sort de l'ordinaire,
Mille sourires et joies 

 

Aujourd’hui est un cadeau de la vie
Aujourd’hui est une journée particulière
Aujourd’hui est le début d’une nouvelle année
Aujourd’hui c’est mon anniversaire !

 Mais pourquoi fête-t-on les anniversaires?

J'ai trouvé un article intéressant et surprenant sur le sujet
De plus écrit par Pierre-Henri Tavaillot ( dont le père était un ami proche de mon papa...) 

Cliquez   ICI

 

 

 

Posté par clise à 08:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

14 décembre 2017

Pensées zen de l'avant ! Bonheur ....

S'inquiéter n'effacera pas les problèmes de demain
Cela ne fait qu'enlever la paix d'aujourd'hui

Vous avez le pouvoir de choisir
Choisissez le bonheur
Choisissez la paix

Ne cherche pas le bonheur
Crée le !

 

Posté par clise à 08:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

02 octobre 2017

Pensées zen

C'est quand on n'a rien à faire
que le temps est précieux

N’aie pas peur d’avancer lentement.
Aie peur de rester immobile.  
Proverbe chinois

En réalité, la plupart de nos problèmes émotionnels
ne sont rien d’autre qu’une incapacité à accepter les choses telles qu’elles sont. 
Guéshé Kelsang Gyatso

Posté par clise à 06:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

04 septembre 2017

Pensées positives !

Bonne et belle rentrée à tous - toutes !

Quelques pensées zen pour se donner de l'énergie !

Un oiseau assis sur un arbre n’a jamais peur que la branche casse
parce que sa confiance n’est pas dans la branche mais dans ses propres ailes.
Croyez toujours en vous-même ! 

Être heureux, ce n’est pas tout avoir.
C’est n’avoir besoin de rien d’autre… 
Maître Zen

Posté par clise à 06:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


10 juillet 2017

Pensées en vrac

Pour ces vacances quelques pensées que j'aime bien ...en vrac !
Plus rien ne sera régulier pendant l'été, je serai là ou pas !
voila le moment de changer les habitudes....

La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent,
c'est d'apprendre comment danser sous la pluie.

Il faut viser la lune  parce qu'au moins
si vous échouez,vous finissez dans les étoiles

Une route très fréquentée n'est pas forcément le chemin à suivre

Fais toujours de ton mieux, même si personne ne regarde

Pour commencer,  je fais toujours une pause

L'important ce n'est pas de convaincre
mais de donner à réfléchir 

Posté par clise à 06:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

01 juin 2017

Le jour où le bouddha se fit insulter

Un jour dans la foule venue l’écouter, se trouvait un homme que la sainteté de Bouddha exaspérait. Il hurle des insultes à Bouddha, puis s’en va, fulminant de colère. Longeant les rizières du village, sa colère s’apaise, et petit à petit, un profond sentiment de honte l’envahit. Comment a-t-il pu se comporter ainsi ? Il décide de revenir au village et de demander pardon à Bouddha. Arrivant devant ce dernier, il se prosterne et demande pardon pour la violence de ses propos. Bouddha, débordant de compassion, le relève, lui expliquant qu’il n’a rien à pardonner.

Etonné, l’homme rappelle les injures proférées.
– « Que faites-vous si quelqu’un vous tend un objet dont vous n’avez pas usage, ou que vous ne voulez pas ? » demande Bouddha.
– « Et bien, je ne le prends simplement pas » remarqua l’homme.
– « Que fait alors le donateur ? » s’enquiert Bouddha.
– « Ma foi, il garde son objet » répond l’homme.
- « C’est sans doute pourquoi vous semblez souffrir des injures et des grossièretés que vous avez proférées. Quant à moi, rassurez-vous, je n’ai pas été accablé. Cette violence que vous donniez, il n’y avait personne pour la prendre » répondit le sage.

"L'autre n'a sur vous que le pouvoir que vous lui accordez"

C'est tellement vrai !

Posté par clise à 06:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

18 mai 2017

La prison des croyances

Une légende du Moyen Age raconte qu’un riche bourgeois fut arrêté par son seigneur et enfermé dans le donjon du château. Il fut conduit au bas d’un escalier très profond par un geôlier à l’air féroce, portant une énorme clef. La porte d’un cachot s’ouvrit, il fut poussé en avant, puis la porte se referma à grand fracas sur lui. Il demeura 20 ans dans ce cahot. Chaque jour, le geôlier ouvrait la porte avec un bruit sinistre, posait au sol un pichet d’eau, une miche de pain, puis refermait la porte avec le même bruit. Au bout de 20 ans, le prisonnier se résolut à ne plus endurer son martyre. Il désirait mourir, mais ne voulait pas se suicider. Il prit donc la décision d’attaquer le gardien à sa prochaine visite.

Celui-ci pensait-il, le tuerait pour se défendre et sa misère prendrait fin. Il se dit qu’il devait examiner la porte, soigneusement, afin d’être prêt le lendemain. Il s’en approcha, saisit la poignée et la tourna. A sa stupéfaction, la porte s’ouvrit. Il s’aperçut qu’elle ne possédait point de serrure et que, par conséquent, il n’avait été enfermé pendant 20 ans que parce qu’il avait cru l’être. Il marcha à tâtons dans le couloir et monta l’escalier. Au somment deux soldats qui bavardaient ne firent aucune tentative pour l’arrêter. Il traversa la cour d’honneur sans éveiller l’attention. Des sentinelles armées se tenaient sur le pont-levis, près de la grande grille, elles non plus ne firent pas attention à lui. Il sortit, il était libre.

Il rentra chez lui sans encombre et vécut heureux. Il aurait pu ouvrir la porte du cachot à n’importe quel moment s’il avait su, mais il ne savait pas. Il n’était captif, ni de la pierre, ni du fer, mais de ses présupposés et d’une croyance. Il n’était prisonnier que de son esprit.

Beaucoup de nos croyances nous viennent de l'enfance...mais nous avons grandi ....

Posté par clise à 06:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

01 mai 2017

Le linge sale ...des autres !

Parce que j'aime bien ces petites histoires qui nous donnent à réfléchir .....

Un jeune couple venait d’emménager dans un nouveau quartier. Le lendemain, à l’heure du petit déjeuner, la femme aperçut leur voisine d’en face en train d’étendre son linge. "Regarde comme son linge est sale" dit-elle. "Elle ne sait pas bien faire sa lessive…Elle a peut-être besoin d’un nouveau produit". A chaque fois que la voisine étendait son linge, la femme faisait le même commentaire jour après jour. Et le mari l’écoutait attentivement sans dire un mot… Après deux semaines, la femme fut extrêmement surprise de voir le linge de sa voisine étincelant de blancheur. "Regarde, notre voisine a enfin appris à faire sa lessive. Je me demande qui l’a aidée" dit-elle à son mari. Ce dernier répondit enfin : "Personne ! Je me suis levé tôt ce matin et j’ai nettoyé les vitres sales de nos fenêtres". Gardez à l’esprit, que la façon dont nous regardons les autres, dépend parfois de la propreté de la fenêtre à travers laquelle nous les observons…Avant de critiquer, il faudrait avant tout vérifier la qualité de notre regard. Nous pourrions voir alors, avec lucidité, la limpidité du cœur des autres.

Nettoyer aussi de temps en temps ses verres de lunettes pour voir la vie autrement !!!!

Posté par clise à 06:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

13 mars 2017

Message à Papy

20170310_163126

Papy est parti visiter le paradis

J’ai écrit ton nom sur le sable,
Mais la vague l’a effacé.
J’ai gravé ton nom sur un arbre,
Mais l’écorce est tombée.
J’ai incrusté ton nom dans le marbre,
Mais la pierre a cassé.
J’ai blotti ton nom au fond de mon cœur,
Et le temps l’a gardé.

 

Posté par clise à 06:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :